fbpx

Le bokeh en photo : comment obtenir un beau flou d’arrière-plan

Le bokeh est un élément d'une puissance esthétique remarquable en photographie. Bokeh(prononcer bo-ké) signifie littéralement "flou" en japonais. Le terme fait référence à l'effet de fondu artistique obtenu dans l'arrière-plan d'une photo.

En réalité il est plus que cela :

Le bokeh est l’art subtil qui joue sur la profondeur de champ, sur la qualité de l'effet flou et sur la lumière pour mettre en valeur le sujet principal de l'image.

En photographie nature, en particulier en portrait animalier et en macrophoto, le bokeh vous permet de focaliser l'attention sur votre sujet tout en transformant l'environnement alentour en une toile de fond diffuse et poétique.

Papillon Argus blue posé sur une fleur avec un beau bokeh à l'arrière plan

Un bel arrière-plan flou et une petite bulle de lumière mettent en valeur ce petit Argus.

Vous le savez, en photo chaque détail compte pour que vos images se mettent à raconter une histoire ou à évoquer une émotion. Un joli bokeh bien maîtrisé peut transformer radicalement vos clichés.

Dans cet article vous allez découvrir tous ses secrets et les techniques pratico-pratiques pour obtenir un beau flou d’arrière-plan.

Que vous utilisiez un appareil photo hybride ou reflex, un compact, ou même un smartphone.

Alors c'est parti !

Mais avant de vous plongez dans l'article, si vous testiez vos connaissances ?

1 : Comprendre le Bokeh

C'est quoi le bokeh en photo ?

Le terme bokeh est utilisé un peu à toutes les sauces dans le monde de la photographie, mais que signifie-t-il exactement ?

En japonais, bokeh désigne un flou artistique qui transforme l'ordinaire en un élément irréel. En tout cas c’est l’esprit.

Au Japon le terme remonterait au 19ᵉ siècle. En photographie il n’est utilisé que depuis la fin des années 90.

Avant, on parlait juste de « flou d’arrière-plan ». Maintenant on dit bokeh. Sans doute parce que c’est plus stylé ?

Donc théoriquement le bokeh se réfère à l'aspect esthétique du flou. Et même à un flou qui apporte une ambiance onirique à la photo.

Mais par extension tout le monde parle de bokeh pour désigner un flou qui donne de la douceur et de la profondeur à la photo, permettant au sujet principal de se détacher nettement.

Même si ce flou n’a rien de spécialement magique.

C’est dans ce sens large qu’on utilisera donc le terme de bokeh dans la suite de cet article.

Une photographie animalière de cerf se détachant au premier plan sur un fond naturel flou

Le bokeh au sens large en photographie ne signifie pas forcément un fond rempli de billes de lumière. Ici c'est simplement le flou de l'arrière plan.



Qu'est-ce qui crée l'effet bokeh dans une photo ?

Le secret du bokeh est lié à un seul élément technique : la profondeur de champ. Les autres paramètres concernent la composition de votre image, vous les découvrirez un peu plus bas dans l’article.

La profondeur de champ, c’est la distance entre le point le plus proche et le point le plus éloigné qui apparaissent nets dans une photo.

Une faible profondeur de champ signifie que seule une petite partie de l'image est nette, créant ainsi un flou autour du sujet principal. Ce flou, lorsqu'il est bien maîtrisé, devient le bokeh.

Influence de l'ouverture du diaphragme

Le diaphragme joue le premier rôle. Son ouverture est notée avec un « f » puis un « / » suivis d’une valeur. Par exemple f/2.8. Plus la valeur est petite, plus l’ouverture du diaphragme est grande dans l’objectif et plus la profondeur de champ est réduite, produisant ainsi un bokeh plus prononcé.

Un daim photographié avec une grande ouverture du diaphragme pour obtenir un joli bokeh Un daim photographié avec une petite ouverture du diaphragme, le fond aussi net que le sujet

Merci à ce daim qui a bien voulu rester immobile pour que je le photographie à f/2.8 puis à f/4, f/5.6, f/8, f/11 et f/16. Ci-dessus la comparaison des deux extrêmes de la série : la différence de profondeur de champ est flagrante.

Vous voulez voir l'effet sur le bokeh à toutes les ouvertures intermédiaires ? Les voici :

Influence de la longueur focale de l'objectif.

La longueur focale de votre objectif est indiquée en millimètres (mm). Elle joue un rôle crucial dans la création de l'effet bokeh. Un téléobjectif (longue focale) produit une profondeur de champ plus faible qu’un grand-angle (courte focale). Vous obtiendrez donc facilement un flou d'arrière-plan bien diffus avec un objectif de 85 mm (la focale "à portrait" typique) et au-delà. À l'inverse, difficile d'obtenir un bokeh marqué avec un 28 ou un 24 mm.

Fond d'arrière pan obtenu avec un objectif de 200 mm ouvert à f/2.8 Fond d'arrière pan obtenu avec un objectif de 20 mm ouvert à f/2.8

Merci à cette gentille peluche qui a bien voulu rester immobile devant une guirlande lumineuse pour que je la photographie avec des objectifs de 200 mm, 70 mm, 35 mm et 20 mm (ouverture constante de f/2.8).

Ci-dessus la comparaison des deux extrêmes de la série. je me suis déplacé pour que le sujet ait bien la même taille sur les deux photos : le rendu des perspectives et la profondeur de champ sont radicalement différentes d'une focale à l'autre.

Vous voulez voir l'effet sur le bokeh à toutes les focales ? Les voici :

Influence du rapport de grandissement (macro en particulier).

Le rapport de grandissement, c’est la taille réelle du sujet par rapport à son image sur le capteur de votre appareil photo. Plus il est élevé, plus la profondeur de champ diminue. Prenons par exemple une fleur de 2 cm de large. Si son image sur votre capteur mesure aussi 2 cm, alors vous êtes au rapport 1:1. C’est déjà beaucoup. Et à ces rapports de grandissement la profondeur de champ s’effondre. L'effet bokeh est alors très prononcé. Conclusion : si vous voulez plus de flou derrière, rapprochez-vous de votre sujet.

Et si vous voulez savoir comment assurer la netteté de votre sujet en macrophoto, vous pouvez consulter cet article : Macrophotographie : les 3 méthodes pour obtenir des photos nettes 

Des fleurs de droséra prises en macrophotographie avec un fond flou et des bulles de bokeh

Fleurs de Droséra photographiées à un rapport de grandissement de 1:1 et à pleine ouverture : flou et bokeh garantis 🙂

Influence de la taille du capteur 

La taille du capteur d'un appareil photo influe également sur la profondeur de champ et, par conséquent, sur le bokeh. Un capteur plus grand (comme ceux des appareils plein format 24 x 36 mm) a tendance à produire un bokeh plus prononcé que ceux des capteurs plus petits (APS-C ou micro 4/3). C’est dû à la distance focale plus longue nécessaire pour obtenir le même cadrage avec un capteur plus grand. Si vous retenez juste qu’il sera plus facile d’obtenir un joli bokeh avec un plein format qu’avec un micro 4/3, c’est parfait 😉


Voilà pour les quelques infos techniques et théoriques. On passe maintenant à la partie composition, tout aussi importante pour obtenir un bokeh harmonieux :

2: Techniques de Base pour Réaliser le Bokeh

Comment faire un joli bokeh ?

Réaliser un bokeh qui équilibre harmonieusement netteté et flou demande aussi de construire votre composition en conséquence.

Gérer la lumière

Pour une image réussie contenant les fameuses « billes de bokeh », choisissez des arrière-plans qui contiennent des points de lumière.

Cela peut être des reflets sur l’eau avec un soleil rasant, ou des trouées de lumière dans la végétation. Les feuilles qui brillent après la pluie ou les gouttes de rosées sont aussi de grands classiques pour un bokeh tout en bulles.

Quant aux arrières plans chargés aux couleurs complexes, ils peuvent se transformer en beaux flous colorés, mettant en valeur vos sujets.

Un papillon posé sur une fleur au petit matin avec la lumière qui se reflète à l'arrière-plan

La lumière du petit matin perçant à travers la végétation a permit de créer les fameuses bulles lumineuses souvent recherchées en photo macro ou animalière.

"Choisir" les couleurs

Là aussi la lumière joue un rôle crucial dans la création du bokeh. Des conditions d'éclairage douces, comme la lumière du matin ou du soir, vont donner au fond des couleurs plus diffuses, dans des tons pastels doux et oniriques.

Autant que possible, les couleurs de l'arrière-plan doivent compléter le sujet sans le distraire. Jouez si vous le pouvez avec les contrastes et les harmonies de couleurs.

Toutefois en photo nature c’est souvent plus facile à dire qu’à faire. La nature n’est pas un studio dans lequel vous pouvez choisir votre fond et vos lumières. D’où l’importance du repérage pour trouver les meilleurs sites, ceux qui vous donneront les plus beaux environnements pour vos sujets.

Un renard roux se détache de l'arrière plan bien flou.

Ici le bokeh d'une belle teinte chaude est dans des tons semblables au pelage du sujet. Un choix artistique mi-choisi mi-contraint par l'environnement.

Influence de la distance entre le sujet et le fond

La distance entre le sujet et l'arrière-plan affecte directement l'intensité du bokeh : plus le sujet est éloigné de l'arrière-plan, plus le flou est accentué.

Donc, autant que faire se peut, mettez un maximum de distance entre votre sujet et le fond. Avec les contraintes de la composition et du cadrage en photo nature ce n’est pas forcément facile à contrôler, certes…

Mais cette séparation permet de mieux marquer le bokeh et de mettre ainsi en valeur le sujet principal de la photo. Et c’est souvent la meilleure manière d’avoir un arrière-plan réellement fondu avec certains objectifs récents dont les ouvertures maximales sont pour le moins riquiqui (les f/6.3 ou f/8 par exemple).

Quel objectif pour quel bokeh ?

Le choix de l'objectif est déterminant dans la création d'un bokeh de qualité. Les 85 mm à grandes ouvertures (f/1.2 ou f/1.4) et les zooms 70-200 mm f/2.8 sont pour cela très populaires en portrait ou en reportage de mariage.

Mais on va surtout dire ici quelques mots des objectifs pour la photo nature.

Les téléobjectifs à focale fixe

Les rois du bokeh en photo animalière. Ce sont les fameux gros tromblons qu’on voit aussi sur les bords des stades. Les 400 mm f/2.8 et autres 600 mm f/4. Ils pèsent un âne mort et coûtent un bras. Mais avec eux c’est sûr, vous aurez la crème des arrière-plans.

Téléobjectif Canon 400 mm f/2.8 ultralumineux, parfait pour obtenir des arrière-plans bien flous.

Téléobjectif Canon 400 mm f/2.8 ultra-lumineux. Parfait pour obtenir des arrière-plans bien flous mais inabordables pour la grande majorité des amateurs.

Les télézooms

Depuis quelques années maintenant fleurissent des optiques plus abordables, de type 150-600 mm f/5-6.3. Toutes les marques s’y sont mises. Canon a même un 200-800 mm f/6.3-9 au catalogue. Mais est-ce qu’il est possible d’obtenir un beau bokeh avec des ouvertures pareilles ?

Et bien oui, moyennant quelques précautions à la composition et pas dans toutes les situations.

Si vous êtes dans un environnement forestier chargé, ça va être un peu compliqué. Et si votre sujet est tout proche de l’arrière-plan aussi (par exemple ce canard qui reste collé aux roseaux…).

Donc pour obtenir un agréable bokeh avec ces objectifs privilégiez les environnements ouverts où vous pouvez avoir un maximum de distance entre le sujet et le fond. L’effet « longue focale » fera le reste.

Téléobjectif Sigma 150-600 f/5-6.3 qui permet aussi d'obtenir de jolis bokeh dans beaucoup de situations.

Les très populaires télé-zooms 150-600 f/5-6.3, comme ici le Sigma, permettent aussi d'obtenir de jolis bokeh dans beaucoup de situations.

Les objectifs macro

Là pas de question à vous poser. Avec tous les 50 mm ou les 100 mm macro du marché vous obtiendrez de superbes bokeh sur vos images de fleurs ou d’insectes. Simplement en profitant du fort rapport de grandissement et de la très faible distance entre vous et le sujet.

Une punaise colorée sur une fleur se détache de l'arrière plan coloré grâce à la faible profondeur de champ.

Photo réalisée avec un 70 mm macro (ouverture de f/2.8). Le fond se transforme immédiatement en une belle toile colorée tant la profondeur de champ est faible aux forts rapports de grandissement.

Les objectifs grand-angles

Là, ça se corse vraiment.

Si vous avez un objectif « à paysage » ou que vous envisager de vous équiper, ayez bien en tête que ça ne va pas être simple d’obtenir des arrière-plans flous.

Les rares fois où vous rechercherez un beau bokeh avec un grand angle, aucun truc ou astuce ne viendra à votre secours. Les lois de l’optique sont implacables : avec mon 20 mm ultra-lumineux ouvert à f/1.8 la netteté s’étend très vite à l’infini (dès que le sujet est à 7,5 mètres de moi ou plus, pour être précis).

La seule solution pour flouter (un peu…) le fond avec un objectif grand angle est de photographier un sujet très proche, et de le faire à ouverture maximale.

Objectif grand angle ultra-lumineux samyang 20 mm f/1.8

Objectif grand angle ultra-lumineux samyang 20 mm f/1.8 : même avec une telle ouverture il est compliqué d'obtenir une faible profondeur de champ avec un objectif d'aussi courte focale.

3. Quel mode utiliser pour réaliser un bokeh ?

Pour contrôler facilement le bokeh, vous pouvez régler votre appareil photo sur un des trois modes suivants :

Le mode priorité ouverture.

Il est noté A (pour « apperture » en anglais) ou Av sur votre sélecteur des modes.

Ce mode vous permet de choisir l'ouverture du diaphragme pendant que l'appareil ajuste automatiquement la vitesse d'obturation et éventuellement la sensibilité si vous choisissez « ISO auto ».

Puisque l’ouverture du diaphragme est l’élément qui a le plus d’impact sur la profondeur de champ, il est assez naturel de vous placer dans ce mode pour contrôler le flou d’arrière-plan et donc l'intensité du bokeh.

Mais vous pouvez aussi le faire en mode manuel.

Une fleur photographiée devant un fond rempli de billes de bokeh lumineuses

Le mode priorité à l'ouverture est parfait pour contrôler finement le bokeh sans avoir à se préoccuper des autres paramètres du triangle d'exposition.

Le mode manuel.

Le mode manuel (« M » sur le sélecteur de modes) vous offre un contrôle total sur l'ouverture et sur la vitesse d'obturation. Il n’est pas réservé qu’aux photographes expérimentés.

En choisissant « ISO auto », ce mode n’est en effet plus aussi manuel que cela. Vous êtes assuré d’obtenir une exposition correcte tout en choisissant vous-même les paramètres importants : ouverture (donc contrôle du bokeh) et vitesse assez rapide pour que la photo soit nette.

La sensibilité ISO sert alors de variable d’ajustement calculée automatiquement par l’appareil.

Vous avez le beurre et l’argent du beurre. Le contrôle et la sécurité.

Une libellule posée sur une fleur devant un arrière plan de végétation rendue floue.

Le mode manuel "M" vous offre la garantie d'un contrôle maximal sur votre image. 

Le mode scène « portrait »

Si vous avez peur de rater vos photos avec ces deux modes semi-automatiques, vous pouvez éventuellement opter pour le mode tout auto « portrait ».

Dans ce mode, le plus souvent votre appareil choisit automatiquement la plus grande ouverture du diaphragme afin d’avoir un fond le plus diffus possible. C’est en général ce qu’on veut obtenir pour un portrait, qu’il soit humain ou animalier.

Mais il se peut aussi que votre appareil choisisse parfois de fermer un peu le diaphragme, surtout si votre scène est très éclairée. Et dans ce mode, vous n’avez pas la main pour rectifier le réglage.

L’appareil choisi aussi tout seul la vitesse et la sensibilité, ainsi que tous les autres paramètres (mode autofocus, cadence d’image...). Pas si rassurant.

À lire en complément :

Comment faire des photos nettes et bien piquées

Si votre fond peut être flou, ce n'est pas forcément ce que vous souhaitez pour votre sujet. Retrouvez dans cet article toutes les techniques pour réaliser des photographies bien nettes. 

3. Recréer le Bokeh en Post-Traitement

Idéalement c’est à la prise de vue que vous devez créer votre bokeh. Mais rien ne vous interdit de lui donner un petit coup de mieux en retouchant votre image. Attention, on tombe vite dans des effets assez étranges pour un oeil averti.

Pour un concours photo ça ne passera pas. Mais pour Instagram ou juste pour vous faire plaisir, pas de soucis.

Comment faire un bokeh sur Photoshop ?

Il existe plusieurs manières de créer un arrière-plan flou sous photoshop et d’accentuer ou même d’ajouter les billes de bokeh. La plus simple est d’utiliser les outils disponibles dans la « galerie de flous » : vous y trouverez directement des fonctions de contrôle du bokeh.

Voici comment faire en 2 étapes simples :


Flouter le fond dans Lightroom ou darktable

Si vous ne voulez pas passer par la case retouche dans Photoshop et tout faire directement depuis un logiciel de post-traitement, c’est possible aussi. C’est moins puissant mais c’est plus simple.

Voici ce que proposent Lightroom et darktable pour améliorer le flou d’arrière-plan :

  • Depuis longtemps darktable propose un module qui se nomme sobrement "flou". Vous pouvez choisir le type de flou et même le nombre de lamelles du diaphragme à simuler. À combiner obligatoirement avec un masque pour ne pas flouter le sujet. Autre complication : l'effet n'est pas dégradé comme peut l'être un vrai flou de profondeur de champ obtenu à la prise de vue. À réserver donc à des cas bien particuliers tant cela peut être laborieux.
  • Lightroom dispose d'une nouvelle fonction appelée "flou de l'objectif". Il essaye de détecter dans l'image la profondeur de chaque plan par rapport au sujet et d'appliquer un flou sélectif : plus prononcé dans les zones les plus éloignée de l'endroit où la mise au point a été réalisée. Le tout à l'aide l'intelligence artificielle. Ça vaut ce que ça vaut... À tester pour vous faire votre propre idée si vous disposez de Lightroom.

Ajouter du bokeh avec votre smartphone

Oui la photo nature peut parfaitement se pratiquer avec un smartphone. Et si vous voulez retoucher vos photos directement sur le téléphone pour accentuer le flou d’arrière-plan et créer de belle bulles de lumière les applis embarquent de plus en plus d’intelligence artificielle pour vous y aider.

Vous pouvez tester les deux applis photo suivantes :

  • Snapseed de Google
  • AfterFocus

Les deux sont disponibles à la fois pour Android et iOS.

Ne vous attendez pas à des résultats fabuleux, mais pour partager rapidement et s'amuser avec une image c'est simple et instantané.

Conclusion

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour maîtriser le bokeh de vos photographies.

Vous savez comment obtenir un fond flou réussi dès la prise de vue pour mettre en valeur votre sujet principal et comment réaliser un bokeh avec un peu de retouche Photoshop ou avec des outils plus simples.

Alors, à vos appareils photos, et que le bokeh soit avec vous !

Petit glossaire des termes techniques

  • Bokeh: effet de flou artistique dans l'arrière-plan d'une photo, accentuant le sujet principal.
  • Profondeur de champ : distance entre le point le plus proche et le plus éloigné qui apparaît net dans une photo.
  • Ouverture: taille de l'ouverture du diaphragme de l'objectif, par laquelle passe la lumière pour atteindre le capteur.
  • Diaphragme: mécanisme dans l'objectif qui contrôle la taille de l'ouverture.
  • F/stop: mesure de l'ouverture du diaphragme. Un nombre plus petit indique une ouverture plus grande, plus de lumière transmise et un bokeh plus prononcé.
  • ISO: unité de mesure de la sensibilité du capteur de l'appareil photo à la lumière.
  • Vitesse d'obturation : durée pendant laquelle le capteur de l'appareil photo est exposé à la lumière.

Dans le même genre, vous allez aussi aimer :

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >